Spectacle vivant

06 30 01 28 10
parfoisloiseau@gmail.com

CAFE DES PAS PERDUS

CRÉATION 2020

TOUT PUBLIC – A PARTIR DE 12 ANS

Durée 1h15

Conception et interprétation Emilie Canniaux et Marie-Elise Martet

Regard extérieur Laure Vallespir

Scénographie Emilie Canniaux et Marie-Elise Martet

Construction Marie-Elise Martet et Héloïse Boisnel

Création sonore Marie-Elise Martet

Espace de rencontre par excellence, le café, c’est ce qui fait sortir de chez soi. Comptoir des écrivains errants, artistes anonymes, nostalgiques et visionnaires, communs des mortels et emblèmes de l’imaginaire. Le café rassemble et met à égalité.

Entre lecture, concert, émission littéraire et pièce radiophonique, CAFE DES PAS PERDUS propose de se laisser guider, dans un voyage immobile, à travers la nébuleuse des cafés. Une création hybride qui laisse la place à l’imaginaire des auditeurs.

S’y côtoient Simone de Beauvoir, Patti Smith et Hiromi Kawakami. Chaque autrice ayant un lien particulier, privilégié avec le thème… Le café comme lieu d’exploration, source d’inspiration littéraire pour Simone de Beauvoir ; le café fantasmé, méditatif, comme espace mental pour Patti Smith ; le café familier avec ses événements simples, ordinaires devenu lieu d’une rencontre pour Hiromi Kawakami. A ce corpus d’œuvres, s’ajoutent des poèmes d’Arthur Rimbaud, d’Antonin Artaud, une nouvelle de Jean-Claude Pirotte ainsi qu’un texte de Laure Vallespir. L’univers sonore fabriqué de sons réels captés, transformés, poussés parfois jusqu’au surréel plonge les spectateurs dans un voyage immersif dans les cafés.

Production : compagnie parfois l’oiseau // Soutiens : Le Merle moqueur/Auch ; L’abri des possibles/Auch // La cie parfois l’oiseau reçoit le soutien de la Ville de Auch, du Département du Gers // REMERCIEMENT aux © Editions Picquier – Les années douces d’Hiromi Kawakami – traduction de Elisabeth Suetsugu / © Le temps qu’il fait – Les contes bleus du vin de Jean-Claude Pirotte / © Editions Gallimard – Mémoires : Mémoires d’une jeune fille rangée, La force de l’âge, La force des choses de Simone de Beauvoir.

© Héloïse Boisnel – Nicolas Bachet